Mon panier

Votre panier est vide.

L'actualité du saxophone

De l’expression à l’expressivité

Le saxophone permet une grande facilité d’expression. Il peut retranscrire en musique des émotions fortes. Sa grande souplesse de jeu, proche de la voix, est un facteur d’émotion accrue. 
 

1) Mais que faut-il pour passer de l'expression à  l'expressivité ?

La musique est avant tout un langage, un style, un phrasé. Suivant le style choisi, il faut s’imprégner de la culture de cette musique. L’influence des maîtres est nécessaire pour l’élaboration de  son propre  style. Repiquez, écouter et non entendre, copier à la virgule près demande une grande concentration mais le résultat est fantastique. Entre un Coleman Hawkins et un Lester Young il y a tout un océan. Un jeu plutôt staccato contre un jeu plutôt loure, lié. L’on peut et l’on doit chanter dans son saxophone, tout passe par l’oreille. Je développe à ce sujet une série d’exercices dans ma formation initiation au saxophone

2) Trouver le bon compromis. 

Trouver le bon compromis entre le saxophone, le bec, l’anche. Je dirais que c’est presque le combat d’une vie. On s’approche de l’équilibre parfait mais on ne l’atteint jamais. 

3) Comment le son est-il perçu ?

Trois grands facteurs : La hauteur du son, son intensité et son timbre. Il est nécessaire de jouer sur la variété des couleurs, de favoriser les contrastes comme un peintre sur sa toile. Mais le saxophoniste dispose aussi de moyens techniques : les embellissements. Approches de notes,broderies, chromatisme,bend, e.t.c et bien la connaissance de l’harmonie.
L’acoustique revêt aussi une importance majeure. Acoustique naturelle ou amplifiée (ex : acoustique de studio). D’ailleurs pour les exercices de repiquage ou relevé, je conseille de les faire au casque. Deux solutions s’offrent à vous. La première jouer sur le disque, la deuxième écrire la musique, bien sûr les deux  ensemble sont aussi possibles. 

Conclusion

Et puis suivant l’esthétique choisie, suivant ses goûts musicaux, donner du sens à sa musique, et surtout travailler avec son coeur. Je me souviens encore des concerts de mes petits bouts de chou remplis  d’émotions fortes. J’ai eu la chance de jouer pendant plus de dix ans avec le groupe urban sax et de parcourir le monde entier. Nous étions souvent au plus proche du public et les vibrations étaient décuplées. Partager sa musique en groupe pour la partager avec le public dans un élan d’humanité, tous reliés ensemble par ces mélodies et leurs variantes. C’est l’histoire d’une vie. Je vous dis à très bientôt.