Mon panier

Votre panier est vide.

L'actualité du saxophone

La concentration dans le travail

Nous allons partir du postulat qu’il  vaut mieux travailler peu de temps et en pleine conscience que beaucoup de temps avec peu de concentration. Je vais vous proposer quelques solutions non exhaustives tirées de mon expérience personnelle. 
Vous retrouverez bien sur toutes ces idées développées dans mes formations sous forme d’éducatif ou sous forme de jeu.
Nous partons aussi du fait que les personnes sont volontaires et  déterminées. 

1) Choisir un lieu

La concentration exige de trouver un endroit où vous ne serez pas dérangé, unn endroit calme où vous pourrez  jouer sans être entendu. 
Si vous êtes en appartement, il existe aujourd’hui des sourdines pour saxophonistes ou des cabines pour faciliter la pratique de  l’instrument. 
Bien sûr, il y a aussi la possibilité de pratiquer dans la nature ou en extérieur si les conditions climatiques le permettent. 
A mes débuts j’ai beaucoup pratiqué sous le pont de l’île saint Louis à Paris, ce qui m’a valu de belles rencontres. 
Mon public, c’était les bateaux mouches qui passaient. 
Chercher un lieu ou vous vous sentez bien, en sécurité, un endroit propice à la sérénité, face à une ouverture et si possible avec une vue dégagée. 
Si vous êtes dans une pièce  fermée, jouez devant un poster d’une image  que vous aimez.

2) Éduquez votre cerveau à la concentration

N’attendez pas d’être motivé pour travailler, fabriquez vous un rituel. 
Déterminez un ou plusieurs moments dans la journée. 
A vos débuts faites des sessions de trente minutes maximum. 
Comme chaque jour vous vous  brossez  les dents, choisissez un ou plusieurs moments bien définis pour travailler votre saxophone. 
Alternez des périodes d’acquisitions de connaissances et des périodes où vous laissez libre cours à  votre imagination. 
Proposez vous un rituel de travail et appliquez le chaque jour.
La régularité est le maître mot pour reformater votre cerveau. 
Enfin soyez patient, Paris ne s’est pas fait en 1 jour !

3) Cultiver un état de flow

Développez un état de concentration et de réceptivité maximale. 
Vous pouvez commencer par faire du travail de son (expliqué très en détail dans ma formation initiation au saxophone).
Des exercices de  respiration que vous trouverez aussi dans mes formations. 
Il est nécessaire de couper avec votre vie quotidienne et vous accorder un moment rien qu’à vous. 
La respiration en conscience peut vous permettre de vous vider la tête pour être concentré à 100%.
Accordez vous un sas pour vider votre  mental.
Ainsi vous pourrez rentrer dans un état de concentration maximale et effectuer un travail en pleine conscience. 
Enfin n’oubliez pas  le jeu.
Riez de vos erreurs et soyez indulgents avec vous même. 
Vous êtes votre plus grand  ennemi. 
Ayez une bonne  idée de  vous  même. 
Aimez vous pour le travail que vous  réalisez. 

4) Travailler chaque jour une seule chose

Faites vous un programme sur la semaine, sur le mois, sur l’année. 
Fixer vous  des objectifs, vous serez étonné des résultats, votre cerveau est une formidable  machine. 
Choisissez par exemple de travailler une gamme par semaine et soyez régulier dans votre travail. 
N’hésitez pas à remettre votre travail sur  la planche.

5) Ayez une bonne représentation de vous-même

Développez une bonne image de vous-même et ainsi aidez votre cerveau à mémoriser les  bonnes  acquisitions. 
Ayez une bonne représentation de  vous-même et ne vous  mettez pas  des bâtons dans les roues. 
Une fois  qu’un exercice est acquis ne le rejouez pas, par rapport à  un exercice de  base, essayez de le transformer, de le faire évoluer.
Par exemple, travaillez sur une gamme et explorez a fond toutes les possibilités. 

Conclusion

J’espère que cet article vous sera utile et vous enrichira. 
Je continue à m’enrichir chaque jour et je ne manquerai pas de vous faire part de mes nouvelles réflexions. 
Aller de l’avant, c’est partager.
Mon plus grand bonheur, c’est de vous voir avancer.